Devenir religieux(se)

Devenir moine ou moniale de la Mission Saint-Augustin
Vivre la vie monastique tout en vivant dans le monde

 

L'engagement d'un frère ou d'une sœur s'effectue en 4 étapes :

  • Le postulat
  • Le noviciat
  • Le profès temporaire
  • Le profès à vie

Chaque vocation est individuelle. Chacun la vit dans sa propre relation avec Dieu. Elle est peu aisée à exprimer à autrui.

Un homme ou une femme jeune ou moins jeune (la question d’âge n’est pas importante), qui estime entendre en lui/elle l’appelle du Seigneur vers la vie monastique, rencontre le supérieur. Avec son aide, il/elle examine posément s'il/elle a vraiment la vocation monastique, et si ce désir perdure.

LE POSTULAT

Si c’est le cas, il/elle demande à entrer dans la mission. Il/elle devient alors postulant(e). Durant plusieurs mois (environ 6), il/elle s'adapte avec la vie quotidienne de la mission. Il/elle étudie la règle de Saint-Augustin, il/elle approfondit sa connaissance de la Bible, de l’histoire de la mission, s’initie à la liturgie et aux offices. Surtout, il/elle apprend à se connaître lui/elle-même, pour chercher Dieu dans la prière et dans ses activités.

LE NOVICIAT

Si le/la postulant(e) poursuit dans son dessein de devenir moine/moniale, il/elle devient novice, durant une année au moins. Son programme de vie est le même que celui du postulat.

Ce temps est pour lui/elle l’occasion d’éprouver encore la vérité de sa vocation, et pour la communauté, celle de mieux le connaître encore et, ainsi, de l’estimer(ée) apte à en faire partie.

PROFÈS TEMPORAIRE

À l'issue du noviciat, le/le novice reste toujours libre de sortir à tout moment puisqu’il/elle n’a pris aucun engagement. S’il/elle décide de poursuivre la vie monastique, il/elle demande à la communauté de pouvoir en faire partie et d’émettre ses premiers vœux monastiques.

Le moine/la moniale émet alors pour trois ans ses premiers vœux. Ils sont au nombre de trois: l'obéissance, la charité et la pauvreté.

Il/elle fait cette promesse devant le prieur et la communauté.

Durant cette période, il/elle étudie l'Évangile selon un programme d’études adapté à chacun.

PROFÈS À VIE

La période des trois années terminée, il/elle peut encore quitter la mission.

S’il ou elle veut poursuivre sa vie monastique, il/elle demande à émettre de nouveau ses vœux, non plus pour trois ans, mais pour sa vie entière. Sa demande va faire l’objet d’un avis du prieur. S’il est positif, il/elle fait sa profession perpétuelle qui l’engage pour toute sa vie. De son côté, la communauté le/la reçoit comme un de ses membres à part entière et pour toujours.

Cette procédure peut paraître longue. Elle est inspirée par la sagesse qui ne précipite point les choses. Une vocation monastique, vocation de vie, est d’importance. Elle doit paisiblement s’éprouver dans la durée, car le moine ou la moniale comme la communauté qui l’accueille doivent être capables de partager les joies mais aussi les épreuves et les aléas d’une vie quotidienne qui couvrira des décennies.

Trois vœux

  • L'engagement de pauvreté : ne rien posséder, ne rien garder pour soi, comme le Christ (donc tout mettre en commun) et tout recevoir du Père, « Ainsi donc, quiconque d'entre vous ne renonce pas à tout ce qu'il possède ne peut être mon disciple. », Luc 14:33. Les frères et sœurs, doivent vivre simplement, sans attachement matériel, et en ayant le sens du partage.

 

  • L'engagement a l'obéissance : obéissance à Dieu, comme le Christ « car Je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé. » Jean 6:38. Elle passe par des médiations. Les deux principales sont le supérieur et la règle.

 

  • L'engagement à la charité : Matthieu 25:35 - Car j'ai eu faim, et vous m'avez donné à manger; j'ai eu soif, et vous m'avez donné à boire; j'étais étranger, et vous m'avez recueilli; pour un service de tout cœur et gratuit auprès des plus pauvres en commençant par les membres de leurs propres familles.

Les prêtres

Après la profession, certains moines peuvent être ordonnés prêtres selon les besoins de la communauté. Mais prêtres ou non, tous sont égaux en droits dans la mission. Ceux qui aspirent à la vocation sacerdotale, reçoivent une formation liturgique et pastorale supplémentaire.

Vie quotidienne

Journée d'un(e) moine/moniale

Soyez assidus à prier aux heures et temps établis. Lorsque vous priez Dieu par des psaumes et des cantiques de louanges que vive dans votre cœur ce qui est formulé par vos lèvres. Et il ne faut chanter que le texte destiné au chant. Mais ce qui ne se trouve pas écrit pour être chanté ne doit pas être chanté. Règle de Saint-Augustin

Nos religieux récitent chaque jour l’ensemble des offices ci-dessous. Cependant, nous convenons très bien que des frères ou sœurs qui auraient des obligations professionnelles ou familiales ne peuvent pas suivre les heures prescrites. Ils/elles doivent cependant être fidèle à l'ordre des offices en l'adaptant à leur journée.

 

Oraison (prière personnelle)

6 h 30

Office de Laudes – Angelus – Office de Prime

7 h 00

Lectio divina

8 h 00

Messe

10 h 00

Office de Sexte – Angelus

12 h 30

Office de None

14h00

Vêpres

17 h 00

Oraison – chapelet
(chemin de croix le vendredi)

18 h 30

Complies

20 h 15

Vigiles (matines)

22h 00

  • Une Nuit de prière est organisée chaque vendredi à partir de 22h30. Elle ne fait pas partie des offices obligatoires.
  • Chaque semaine, le lundi, sera lue la règle de Saint-Augustin

 

En plus de cet horaire quotidien, nos moines et moniales bénéficient de la prière et du soutien des frères et des sœurs engagés, de conseils spirituels leur permettant de progresser dans la communion avec notre Seigneur Jésus et de réunions pour un temps fraternel de prière et de partage.

L'habit religieux

Dans notre mission, il ya trois types d'habits :

  • l'habit du monde
  • l'habit religieux
  • l'habit liturgique

L'habit du monde : Les moines et moniales vivant dans le monde et ayant une vie professionnelle et familiale, ne sont pas tenus de porter l'habit religieux à l'extérieur. Ils doivent cependant porter une tenue simple et classique. Les moniales feront en sorte de porter une robe longue et chaste. En règle générale, ils doivent éviter des vêtements trop courts ou trop moulants. Ils porteront en toutes circonstances la médaille de Saint-Augustin d'une manière visible en pendentif et peuvent (les moniales) porter le voile ou foulard.

L'habit religieux : Il doit être porté à tous les offices liturgiques, lors des rencontres, à domicile et à l'extérieur (sauf ceux et celles qui sont dans les conditions ci-dessus).

L'habit des moines est composé d'une coule à capuchon noire, accompagné d'un cordon noir avec 3 nœuds du types franciscains et un rosaire attaché du côté gauche. Les moines qui sont prêtres, portent la soutane romaine noire, col romain avec le cordon, ou le clergyman ou l'habit monastique décrit en premier lieu.

Les moniales portent une robe ample/aube blanche et un voile noir bordé de blanc.

Comme les moines, l'habit des moniales est accompagné d'un cordon noir avec 3 nœuds du types franciscains et un rosaire attaché du côté gauche.

Tous les frères et sœurs doivent porter quotidiennement leur médaille de Saint-Augustin d'une manière visible.

L'habit liturgique : les moines et moniales portent une aube blanche durant le temps des offices.

Une règle de vie : la règle de Saint-Augustin

Le très court prologue résume l'essentiel de l'idéal d'Augustin...

Il a choisi pour lui-même et ceux qui l'ont rejoint un genre de vie s'inspirant en particulier du livre des Actes des Apôtres (Ac. IV, 32,) à la manière de la première communauté de Jérusalem : pauvreté personnelle et mise en commun qui conduit à l'unité. L'unité personnelle de l'âme, qu'il recherche et unité avec ses frères en Église lui apparaissent liées.

"Avant tout, Vivez unanimes à la maison, Ayant une seule âme et un seul cœur tournés vers Dieu. N'est-ce pas la raison même de votre rassemblement ? Et puis, qu'on n'entende pas parler parmi vous de biens personnels, Mais qu'au contraire tout vous soit commun. » Règle Ch.I.

La règle fut écrite à l'usage des monastères. Tout dans la règle n'est donc pas applicable pour notre mission qui se veut vivre dans le monde, la mission et chacun de nos frères et sœurs doivent l'adaptée selon la situation matérielle et quotidienne. Cependant, les principales valeurs de cette règle permettent d'organiser la vie de la mission dans la fraternité, la charité, la prière, la sanctification et surtout, une recherche incessante de Dieu dans un appronfondissement spirituel et une vie plus évangélique.

 

 J'en atteste à Notre-Seigneur Jésus-Christ, au nom duquel je parle, en ce qui concerne mes préférences personnelles, j'aimerais beaucoup mieux m'adonner chaque jour, à des heures déterminées, comme cela se pratique dans les monastères bien réglés, à quelque travail des mains et avoir le reste du temps libre pour lire, prier, et méditer les Saintes Ecritures, que d'être obligé de m'occuper des affaires du siècle. (De op. Monach. 29, 37)

 

×