Portrait du vrai Chrétien

 

Image001religion

PORTRAIT DU VRAI CHRETIEN

 

C'est au vrai Chrétien qu'il a été dit :

"Regarde et fais suivant le modèle qui t'a été montré sur la montagne".

Ce modèle que le Chrétien doit copier, c'est Jésus-Christ. Ainsi l'ont doit trouver dans les actions et la vie d'un Chrétien, la vie et les actions de Jésus-Christ, puisqu'un vrai Chrétien, selon la pensée d'un Saint, c'est un autre Jésus-Christ.

Il prie, comme Jésus-Christ sur la montagne, avec receuillement, avec humilité, avec confiance. Il est accessible, comme Jésus-Christ l'était aux pauvres, aux ignorants, aux petits enfants ; il est sans fierté, sans prétention, sans hauteur. Il se fait tout à tous, pour les gagner tous.

Il converse comme Jésus-Christ, qui à genoux, lave les pieds des apôtres, et même ceux de Judas dont Il connaissait la perfidie ; parmi ses frères, il se regarde comme le moindre et comme le serviteur de tous.

Il obéit comme Jésus-Christ qui fut soumis à Marie et à Joseph, obéissant jusqu'à la mort, et jusqu'à la mort de la croix ; il obéit à ses parents, à ses maîtres et à tous ses supérieurs, parce qu'il ne regarde en eux que Dieu dont ils tiennent la place.

Il est dans ses repas, comme Jésus-Christ à Cana et à Béthanie, sobre, tempérant, attentif aux besoins des autres, et plus occupé de la nourriture invisible que des viandes grossières dont se nourrit son corps.

Il est avec ses amis comme Jésus-Christ avec Jean et avec Lazare ; il les aime en Dieu et pour Dieu ; il leur confie cordialement les secrets de son âme ; et s'ils se meurent à la grâce, il met tout en oeuvre pour les ressusciter.

Il souffre les privations et la pauvreté, comme Jésus-Christ, qui n'avait pas où reposer Sa tête ; il souffre les contradictions et les calomnies, comme Jésus-Christ a souffert celles de scribes et des pharisiens, laissant à Dieu le soin de le justifier ; il souffre les affronts et les outrages, comme Jésus-Christ, lorsqu'on Lui donna un soufflet, qu'on Lui cracha au visage, et que, dans le prétoire, on insulta à Sa royauté ; il souffre les peines d'esprit, comme Jésus-Christ, triste jusqu'à la mort, au jardin des Oliviers abandonné de Son Père dans son agonie ; les peines de coeur, comme Jésus-Christ trahi par l'un de Ses disciples, renié par tous ; les maladies et la mort, comme Jésus-Christ, qui a la tête déchiré par les épines, le corps ensanglanté par les fouets, les pieds et les mains percés par les clous, remit en paix son âme entre les mains de Son Père.

De sorte que le vrai Chrétien peut dire, comme l'apôtre Saint Paul disait de lui-même ;

"ce n'est pas moi qui vis, c'est Jésus-Christ qui vit en moi".

 

 

×