Âme du Christ

Ame du Christ, sanctifie-moi.
Corps du Christ, sauve-moi.
Sang du Christ, enivre-moi.
Eau du côté du Christ, lave-moi.
Passion du Christ, fortifie-moi.
O bon Jésus, exauce-moi.
Dans tes blessures, cache-moi.
Ne permets pas que je sois séparé de toi.
De l’ennemi défends-moi.
A ma mort, appelle-moi.
Ordonne-moi de venir à toi.
Pour qu’avec les saints je te loue.
Dans les siècles des siècles.
Amen.

Sois ma Lumiere

Seigneur Jésus, inonde-moi de Ton Esprit et de Ta Vie.
Prends possession de tout mon être pour que ma vie ne soit
qu’un reflet de la Tienne.
Rayonne à travers moi, habite en moi, et tous ceux que je rencontrerai
pourront sentir Ta présence auprès de moi.
En me regardant, ils ne verront plus que Toi seul, Seigneur !
Demeure en moi et alors je pourrai, comme Toi, rayonner,
au point d’être à mon tour une lumière pour les autres.
Ainsi ma vie deviendra une louange à Ta gloire,
la louange que Tu préfères, en Te faisant rayonner
sur ceux qui nous entourent.
Par la plénitude éclatante de l’amour
que Te porte mon cœur.
Amen.

Moi, je ne compte pas

MOI :
Qu’importe si je dois boire un amer calice,
Et si je sens mon coeur triste jusqu’au trépas :
Puisque c’est toi, JESUS, qui veux le sacrifice,
Moi, je ne compte pas.
A ton gré, mon JESUS, laisse tomber le voile,
Montre-moi ta beauté, serre-moi dans tes bras,
Ou du ciel obscurci dérobe chaque étoile :
Moi, je ne compte pas.
Donne-moi, mon JESUS, ta paix ou la tempête,
Couronne mes efforts, ou ne me soutiens pas,
Sous le poids des douleurs laisse courber ma tête :
Moi, je ne compte pas.
Que mon coeur soit meurtri, même par ceux que j’aime,
Qu’importe mon JESUS, puisque tu m’aimeras !
Que le bien que je fais soit soupçonné lui-même :
Moi, je ne compte pas.
Si d’incessants labeurs tu veux que je t’honore,
Ou si je dois languir dans l’impuissance, hélas !
Qu’importe, mon JESUS ! Tu le veux : je t’adore !
Moi, je ne compte pas.
Si je dois achever de gravir le calvaire,
Si le Cyrénéen manque même à mes pas,
Qu’importe, mon JESUS ! Tu verras ma misère.
Moi, je ne compte pas.
JESUS :
Si ta foi, cher enfant, est si grande et si haute,
Si tu veux t’oublier pour vivre dans mes bras,
Moi je sais, moi je peux, moi je t’aime et je compte,
Si tu ne comptes pas !
MOI :
Qu’importe mon plaisir, ma joie, ma souffrance !
Jésus seul doit compter dans mon coeur ici bas.
A lui seul gloire, amour, reconnaissance :
Moi, je ne compte pas.

Jésus seul

O Toi qui sus créer le coeur des Mères
Je trouve en Toi le plus tendre des Pères !
Mon seul Amour, Jésus, Verbe Eternel
Pour moi ton coeur est plus que maternel
A chaque instant, tu me suis, tu me gardes
Quand je t’appelle, ah ! jamais tu ne tardes
Et si parfois tu sembles te cacher
C’est Toi qui vient m’aider à te chercher.
C’est à Toi seul, Jésus que je m’attache
C’est en tes bras que j’accours et me cache,
Je veux t’aimer comme un petit enfant
Je veux lutter comme un guerrier vaillant
Comme un enfant plein de délicatesses
Je veux, Seigneur, te combler de caresses
Et dans le champ de mon apostolat
Comme un guerrier je m’élance au combat !...
Ton coeur qui garde et qui rend l’innocence
Ne saurait pas tromper ma confiance !
En toi, Seigneur, repose mon espoir
Après l’exil, au Ciel, j’irai te voir....
Lorsqu’en mon coeur s’élève la tempête
Vers toi, Jésus, je relève la tête
En ton regard miséricordieux
Je lis : "Enfant, pour toi, j’ai fait les Cieux".
Je le sais bien, mes soupirs et mes larmes
Sont devant toi, tout rayonnants de charmes.
Les Séraphins au Ciel forment ta cour
Et cependant, tu mendies mon amour !...
Tu veux mon coeur, Jésus, je te le donne
Tous mes désirs, je te les abandonne
Et ceux que j’aime, ô mon Epoux, mon Roi
Je ne veux plus les aimer que pour Toi.
Ma seule paix, mon seul bonheur
Mon seul Amour, c’est Toi Seigneur !...

Prière de Saint Thomas d’Aquin

O vous qui m’aimez tant, Jésus, Dieu caché, mais véritablement présent sur cet autel, écoutez-moi, je vous implore.
Que votre bon plaisir soit mon plaisir, ma passion, mon amour ! Donnez-moi de le chercher, de le trouver, de l’accomplir. Montrez-moi vos chemins, indiquez-moi vos sentiers. Vous avez vos desseins sur moi, dites-les moi bien, et donnez-moi de les suivre, jusqu’à ce que, par votre grâce, le salut de mon âme soit assuré. Qu’indifférent à tout ce qui se passe, et ne voulant voir que vous, j’aime tout ce qui est à vous, mais vous surtout, mon Dieu ! Rendez-moi amère toute joie qui n’est pas de vous, impossible tout désir hors de vous ; délicieux tout travail fait pour vous, insupportable tout repos qui n’est pas en vous. Que ma vie, ô bon Jésus, ne soit qu’un acte d’amour vers vous. Ainsi soit-il.

Seigneur, si vous me regardez...

Seigeur, si vous me regardez,
et je sais que vous me regardez,
ne voyez pas le lâche,
l’orgueilleux ou le mauvais...
Mais la petite flamme toujours allumée au fond de mon coeur,
et qui ne demande qu’à embraser toute mon âme
et tout mon corps pour vous servir.

Donnez nous la droiture du grand sapin

Seigneur jésus, faites que nous ayons la droiture du grand sapin qui s’élance tout droit dans le ciel,
Que notre générosité soit comme la sève qui monte et qui nourrit
Que nos âmes aient la limpidité des torrents qui naissent de la neige sans taches
Que notre volonté soit comme le granit sans faille
Que tout notre vie, sur les routes, vous soyez le compagnon de nos vagabondages
Que la croix qui se dresse au carrefour soit pour nous comme la rencontre d’un ami
Et cela, toujours...

Christ glorieux

Christ glorieux,
tu es le Centre éblouissant
où se relient les fibres
sans nombre du multiple.
Tes mains emprisonnent les étoiles.
Tu es le premier er le dernier,
le vivant, le mort et le ressuscité.
Tu rassembles en ton unité
toutes les forces, tous les états,
c’est toi que j’appelle
d’un désir aussi vaste que l’univers :
tu es vraiment mon Seigneur et mon Dieu !

Hymne à la Sainte Face

Toi qui as aimé les tiens
comme jamais aucun homme n’a aimé sur cette terre,
Tu nous as fait, en quittant la terre,
la promesse consolante
de rester avec nous jusqu’à la fin des temps.
Maintenant Tu habites caché au milieu de nous.
En tous temps et en tous lieux se déversent hors de ta tente
consolation, lumière et force dans les âmes ici-bas
qui se réfugient auprès de Toi.
Elles regardent avec amour vers la petite hostie,
image silencieuse de la pureté et de la paix.
Pourtant, dans le coeur de ceux qui T’aiment,
jamais ne se tait le désir ardent de Te voir en personne,
Toi, le plus beau de tous les enfants des hommes,
dans ta forme corporelle. (...)
Et maintenant, en ces derniers temps,
alors que la foi, l’espérance et l’amour ont disparu,
Tu as découvert ta Sainte Face,
la Face de celui qui souffrit sur la Croix
et ferma les yeux dans le sommeil de la mort.
Comme derrière un voile nous voyons la souffrance
dans ces traits saints, sublimes.
Cette souffrance - dépassant toute mesure humaine -
est si grande que nous ne pouvons
ni la saisir ni la pénétrer.
Pourtant Tu souffris silencieux
et en Toi était une force qui maîtrisait l’excès de la souffrance.
Tu étais son Seigneur lorsque Tu Te livrais à elle.
Une paix insondable et profonde coule de ces traits et dit :
Tout est accompli.
Sur celui à qui Tu T’unis éternellement
Tu jettes le mystérieux voile :
il supporte avec Toi Ta souffrance et souffre comme Toi,
caché, silencieux et profondément en paix.

Amour et Bonté infinis

Je t’aime, oh mon Jésus,
Je t’aime de cet Amour qui ne m’appartiens pas
Je t’aime de cet Amour qui ne viens que de Toi
Je t’aime de cet Amour que tu me donnes gratuitement
Jésus, dans le très saint Sacrement,
tu me permets de venir me ressourcer en cet Amour
Dans la louange tu viens me donner ta force, ton réconfort
Dans la maladie tu viens me rejoindre
Toi l’hostie vivante dans le sacrement des malades.
Seigneur, Tu te fais tout proche de moi à tout moment !
Tu te donnes à moi sur la Croix
pour m’affranchir du péché,
Tu me donnes ton Esprit Saint
pour qu’il me protège,
Tu me donnes un ange gardien
comme avocat tous les jours pour me défendre,
Tu me donnes ta mère
pour qu’elle soit la mienne,
Tu me donnes des Saints
pour me servir d’exemple,
Tu me donnes des frères et des soeurs
pour me manifester ton amour,
Tu me donnes la terre en héritage
pour que j’expérimente ma nature
de prince(esse) de ton royaume,
Tu me donnes les sacrements
pour me sanctifier,
Tu me donnes de gôuter à ta miséricorde
pour être encore plus proche de toi,
Tu me donnes ton Amour
pour que je puisse aimer.
Quelle bonté ô Jésus !?
Quelle bonté que de me donner tout celà
et de ne me demander qu’en retour que je puisse Aimer
Qu’est-ce que Aimer,
si ce n’est être heureux et même bienheureux.
Seigneur tu me donnes tout ce qui t’est cher
gratuitement, sans demander de contrepartie.
Quel Amour !? Quelle Bonté !?
Je t’aime Jésus parce que je ne peux que t’aimer,
Je suis faite pour t’aimer et je ne veux que t’aimer !
Je t’aime oh, mon Jésus !
Je t’aime Seigneur
et je veux continuer de t’aimer en tout temps,
en tout lieu et en toute circonstance.
Je t’aime de cet Amour que toi seul peut donner !

Jésus

Jésus.
Un nom ?
Bien plus. A lui seul, une prière.
Un murmure lorsque le coeur
déverse son trop plein d’amour.
Un cri ayant un étrange pouvoir
d’apaisement dans les moments d’angoisse.
Un appel lorsqu’on ne trouve plus le chemin.
Une joyeuse interpellation
dans les moments de plénitude.
Jésus.
Moi aussi, je veux ’’t’appeler par ton nom’’.
Puisse-t-il être sur mes lèvres
au moment où je quitterai cette vie.

Jésus tu es présent

Jésus tu es présent
Quand ton esprit descend
Sur le pain et le vin
Ce sont des dons divins.
Et alors tu es là
Pas dans un au-delà
Ici et maintenant
De l’homme tu es prenant.
Tu te donnes tout entier, Sans blâme et sans pitié
Pour les gens rassemblés.
A l’origine du blé,
La graine donnant le pain
Que nous tenons en main
est devenue ton corps
Que l’on partage encore
A chaque participant
Qui de toi tout dépend.

Jésus, mon guide

Seigneur Jésus, mon guide et mon ami,
tu m’as ouvert tous les chemins du monde ;
tu m’as précédé sur toutes les routes
pour que jamais je ne sois sans lumière.
Quand je suis seul,
je me souviens de toi, priant dans le désert ;
quand je suis pauvre,
je revis ta naissance dans la nuit de Noël ;
quand je suis affligé,
je te revois près de Lazare.
Il n’y a pas un sentier de la vie
que tu n’aies emprunté avant moi.
Quand je me sens trahi,
je me souviens que quelqu’un t’a livré ;
quand je subis l’injustice,
je pense à toi devant tes juges ;
quand l’angoisse m’étreint,
ton agonie est sous mes yeux ;
et quand la mort trouble ma paix,
je te regarde en croix.
Ainsi, Jésus, tu es mon guide,
mon premier de cordée
sur la montagne du Tabor.
Tu es aussi mon modèle ;
rien qu’en te regardant, je sais !
Je sais comment aimer,
je sais comment souffrir,
comment vivre le grand projet de Dieu.
Que ta force à présent
s’ajoute à ta lumière
pour que je rende visible ton visage
dans le monde présent

Lorsque Tu reviendras

 

Lorsque Tu reviendras, vers le déclin du monde,
Dans la nuée ardente où notre coeur surpris
Découvrira soudain la vision féconde
De tout ce que, vivant, nous n’avons pas compris ;
Lorsque, libres enfin des brumes de la Terre,
Nos yeux, illuminés par le soleil des morts,
Verront poindre, au-delà des voiles du mystère,
Le but définitif promis à nos efforts,
Alors nous Te dirons, ô Dieu qui se fit homme
Et qui, par charité, vint pleurer avec nous,
Que nous ne voulons plus être ceux que nous sommes...
Et notre vain orgueil fléchira les genoux.
Eternel chemineau des routes éternelles
Qui, d’astre en astre va, glanant les coeurs meurtris,
Vers Ta divinité qui se fit fraternelle
Rouvre pour nous l’essor des chemins désappris ;
Embrase-nous, ô Christ, de l’invincible ivresse
Dont l’élan, à jamais, transporte Tes élus,
Et marque-nous au front du sceau de Ta tendresse
Pour que, T’ayant trouvé, nous ne Te quittions plus.

Montre-moi ton visage

Je cherche ton visage, Seigneur,
ne me le cache point.
Enseigne-moi au plus profond de mon coeur,
où et comment je dois te chercher,
où et comment je te trouverai.
Puisque tu es partout présent,
d’où vient que je ne te vois pas ?
Tu habites, je le sais, une lumière inaccessible.
Mais où resplendit-elle cette lumière,
et comment parvenir jusqu’à elle ?
Qui me guidera, qui m’introduira
pour que je puisse te voir ?
Regarde-moi Seigneur et exauce-moi.
Donne-moi la lumière, montre-toi.
Aie pitié de mes efforts pour te trouver
car je ne peux rien sans toi.
Tu nous invites à te regarder, aide-moi ;
apprends-moi à te chercher
car je ne peux le faire si tu ne me l’apprends pas.

Prends ma vie, Seigneur

Jésus,
tu es le Seigneur de la vie
et de l’Histoire,
le Seigneur de l’Eglise
et de l’humanité.
Je te rends grâce
de m’avoir appelé
à prendre part, à ma manière,
au service de ton dessein.
Pour ce dessein, Jésus,
je te fais volontiers
l’offrande de moi-même.
Prends ma vie, Seigneur,
elle est à toi,
fais de moi ce que tu veux.
Je t’aime, Seigneur,
de tout mon coeur
et de toute ma vie,
parce que tu m’as aimé
par ta vie et par ta mort.
Tu es le Seigneur de l’Histoire,
le Fils de Dieu
qui ne m’abandonnera jamais ;
c’est toi qui m’as aimé
et qui m’accueilles,
tu me soutiens et me consoles,
tu me confortes dans la solitude
et la persécution,
Toi qui me sauves.

Jésus, soit ma lumière

Jésus,
J’aimerais te dire ceci :
Au Secours,
Ne m’abandonne pas,
vit toujours en moi,
que ta force soit en moi,
que ta lumière soit en moi.
J’ai une telle soif de toi, tu sais ...
Jésus, je t’aime mais je te demande aussi pardon
pour le mal que je commets.
Sois donc mon guide, ma lumière.
Amen

Oh, Divin Médecin

Toi qui a toujours aimé, consolé
les malades de corps et d’esprit,
accorde-moi la patience
d’endurer mes soufrances.
Par ta puissance, allège
l’accuité de ma douleur,
et de ma fatigue, et surtout, doux Jésus,
guérit les plaies de mon âme,
et je dirai à jamais
que ta volonté soit faite.
Amen.

O mon Bien-Aimé

O mon Dieu ! Trinité Bienheureuse, je désire vous Aimer et vous faire Aimer, travailler à la glorification de la Sainte Eglise en sauvant les âmes qui sont sur la terre et en délivrant celles qui souffrent dans le purgatoire. Je désire accomplir parfaitement votre volonté et arriver au degré de gloire que vous m’avez préparé dans votre royaume, en un mot, je désire être Sainte, mais je sens mon impuissance et je vous demande, ô mon Dieu ! d’être vous-même ma Sainteté.
Puisque vous m’avez aimée jusqu’à me donner votre Fils unique pour être mon sauveur et mon Epoux, les trésors infinis de ces mérites sont à moi, je vous les offre avec bonheur, vous suppliant de ne me regarder qu’à travers la Face de Jésus et dans son Coeur brûlant d’Amour.
Le Christ Jésus, mon Epoux Bien-Aimé, aux jours de sa vie mortelle, nous a dit : ’’Tout ce que vous demanderez à mon Père, en mon nom, il vous le donnera !’’ Je suis donc certaine que vous exaucerez mes désirs ; je le sais. O mon Dieu ! (plus vous voulez donner, plus vous faites désirer). Je sens en mon coeur des désirs immenses et c’est avec confiance que je vous demande de venir prendre possession de mon âme. Ah ! je ne puis recevoir la Sainte communion aussi souvent que je le désire, mais, Seigneur, n’êtes vous pas Tout Puissant ? Restez en moi, comme au tabernacle, ne vous éloignez jamais de votre petite hostie...
Afin de vivre dans un acte de parfait amour, je m’offre comme victime d’holocauste à votre Amour miséricordieux, vous suppliant de me consumer sans cesse, laissant déborder en mon âme les flots de tendresse infinie qui sont renfermés en vous et qu’ainsi je devienne Martyre de votre Amour, ô mon Dieu... !
Je veux, ô mon Bien-Aimé, à chaque battement de mon coeur vous renouveler cette offrande un nombre infini de fois, jusqu’à ce que les ombres s’étant évanouies je puisse vous redire mon Amour dans un Face à Face Eternel !...

Jésus, exauce ma prière

Christ transfiguré
je t’adresse aujourd’hui ma prière.
Ecoute-la, exauce-la, je t’en prie.
Quand tout au long de ma route,
en moi la peur et le doute s’installent,
montre-moi ton visage,
visage de l’homme issu tout droit de Dieu,
visage de lumière qui vit au sein de la lumière,
image du Dieu vivant.
Quand tout au long de ma vie,
en moi la tristesse et la langueur se posent,
quand mes désirs s’égarent, quand ma foi vacille,
fais-moi voir ton corps transfiguré,
corps brisé sur une croix,
corps de l’homme recréé entre les mains de Dieu,
image du Dieu vainqueur de la mort.
Quand tout au long de mes jours et de mes nuits,
en moi la croix pèse trop lourd,
quand je ne veux plus avancer, je ne peux plus avancer,
tourne mon regard vers Toi, le Transfiguré,
convaincs-moi que mon destin, comme le tien
est de me retrouver au sein de la lumière ;
image, avec toi, du Dieu à jamais vivant

Jésus, viens ouvrir nos maisons et nos coeurs

Jésus, là où tu es né,
ta crèche n’était pas fermée.
Tu as voulu
que tout le monde puisse venir Te voir,
parce que Tu es venu pour tout le monde.
Avant que Tu naisses, Jésus,
Joseph et Marie n’avaient trouvé
que des maisons aux portes fermées :
fermées au secret de Dieu.
Ils ont trouvé ouverte une étable,
une pauvre étable.
Aujourd’hui, Jésus,
Tu ne nais plus dans une étable ;
mais Tu veux naître, dire le secret de Dieu
dans toutes les maisons, dans tous les coeurs.
Tu veux déposer le baiser de Dieu
sur tous les visages.
Tu veux des millions de crèches
pour habiter le monde.
Tu veux des millions de coeurs
pour donner ta paix sur la terre.
Tu veux des millions de visages
pour donner la paix de Dieu.
Tu veux des millions de Noëls
pour donner ton Noël.
Jésus, viens ouvrir nos maisons et nos coeurs
pour dire avec Toi :
Gloire à Dieu, notre Père !

Prière à Jésus, l’Emmanuel

Viens, Jésus ; viens, Toi qui es vivant !
O Emmanuel, pardonne-moi,
prends ma faiblesse dans Ta Force,
prends ma sécheresse dans Ta Fontaine,
prends mon âme dans Tes Mains ;
Perpétuelle Source d’Amour,
consume chaque fibre de mon coeur
pour aimer, pour louer
et pour déclarer sublime Ton Nom ;
Rends mon esprit assoiffé de mon Créateur,
afin que cette poussière
dont Tu as façonné Ton enfant
devienne une ardente flamme d’amour,
car Tu as pouvoir de vie et de mort ;
Ton Regard a le pouvoir de fondre le fer ;
Ton Amour Jaloux, de faire que ma vie
soit considérée comme folie par les sages ;
aussi, pointe à nouveau Ta flèche
et tire sur Ta cible favorite

Prière à l’Enfant Jésus

O Saint Enfant-Jésus
qui répands tes grâces sur ceux qui t’invoquent,
regarde-nous prosternés devant ta sainte image
et écoute notre prière.
Nous te recommandons tous les nécessiteux
qui se confient à ton Divin Coeur.
Etends sur eux ta main toute-puissante
et viens au secours de leur indigence.
Etends la main sur les malades
pour les guérir et sanctifier leurs peines ;
sur les affligés pour les consoler ;
sur les pécheurs pour les attirer
à la lumière de ta grâce ;
sur ceux qui, accablés par la douleur et la misère,
invoquent avec confiance ton aide pleine d’amour.
Etends la main encore sur nous pour nous bénir.
Accorde ô Petit Roi,
les trésors de ta miséricorde au monde entier
et garde-nous maintenant et toujours
dans la grâce de ton amour !
Amen.

Prière à l’hôte silencieux du Tabernacle

Prends-moi dans ton silence,
loin des bruits et de l’agitation du monde.
Dans un silence
où tout mon être se retrouve en sa vérité,
en sa nudité, en sa misère,
car ce silence
me permet de me découvrir moi-même.
Prends-moi dans la richesse divine
de ton silence,
capable de tout combler en mon âme.
Fais taire en moi ce qui n’est pas de toi,
ce qui n’est pas ta Présence toute pure,
toute paisible.
Impose silence à mes désirs,
à mes caprices, à mes rêves d’évasion,
à la violence de mes passions.
Couvre par ton silence
ma nature trop impatiente à te parler,
trop encline à l’action extérieure et bruyante.
Impose même ton silence à ma prière.
Rends-la gratuite et vraiment confiante
en ta seule grâce.
Fais descendre ton silence
jusqu’au fond de mon être,
et fais remonter ce silence
en pur élan vers toi,
en hommage d’amour.
Amen !

Prière à la Sainte Face

Ô Jésus, qui dans votre cruelle Passion êtes devenu
’’l’opprobre des hommes et l’homme de douleurs’’,
je vénère votre divin visage,
sur lequel brillaient la beauté et la douceur de la divinité,
maintenant devenu pour moi
comme le visage d’un ’’lépreux’’ !
Mais sous ses traits défigurés,
je reconnais votre amour infini
et je me consume du désir de vous aimer
et de vous faire aimer de tous les hommes.
Les larmes qui coulèrent si abondamment de vos yeux
m’apparaissent comme des perles précieuses
que j’aime à recueillir,
afin d’acheter avec leur valeur infinie
les âmes des pauvres pêcheurs.
Ô Jésus, dont le visage est la seule beauté
qui ravit mon coeur,
j’accepte de ne pas voir ici-bas,
la douceur de votre regard,
de ne pas sentir l’inexprimable baiser
de votre bouche sainte ;
mais je vous supplie d’imprimer en moi
votre divine resemblance,
de m’embraser de votre amour,
afin qu’il me consume rapidement
et que j’arrive bientôt à voir
votre glorieux visage dans le Ciel.
Amen.

Prière de Saint Ambroise de Milan

Si tu brûles de fièvre, Il est la Source qui rafraîchit ;
Si tu es oppressé par tes fautes, Il est la Délivrance ;
Si tu as besoin d’aide, Il est la Force ;
Si tu as peur de la mort, Il est la Vie ;
Si tu désires le ciel , Il est la Voie ;
Si tu fuis les ténèbres, Il est la Lumière ;
Si tu as besoin de nourriture, Il est l’Aliment.

Prière de Réparation au Sacré Coeur

Ô Coeur Sacré de Jésus
Humblement prosterné devant vous,
nous venons renouveller notre consécration,
avec la résolution de réparer,
dans un plus grand amour et une plus grande fidélité envers vous,
tous les outrages que le monde vous fait subir.
Nous prenons l’engagement :
Plus vos mystères sont blasphémés,
plus fermement nous croirons en vous,
Ô Coeur Sacré de Jésus !
Plus l’impiété s’efforce d’étouffer notre espérance d’éternité,
plus nous mettrons notre confiance dans votre Coeur,
unique espoir des mortels !
Plus nombreux sont les coeurs qui résistent à votre amour divin,
plus nous vous aimerons,
Ô Coeur de Jésus infiniment aimable !
Plus votre divinité est attaquée, plus nous l’adorerons,
Ô Coeur Divin de Jésus !
Plus vos lois divines sont oubliées et transgressées,
plus nous les observerons,
Ô Coeur très Saint de Jésus !
Plus vos sacrements sont méprisés et abandonnés,
plus nous les fréquenterons avec amour et respect,
Ô Coeur miséricordieux de Jésus !
Plus vos adorables vertus sont oubliées,
plus nous nous efforcerons de les mettre en pratique,
Ô Coeur modèle de toute vertu !
Plus l’orgueil et la sensualité
tendent à détruire l’esprit d’abnégation et l’amour du devoir,
plus nous nous efforcerons de nous dominer, Ô Coeur de Jésus !
Plus la loi sainte du mariage est négligée et violée,
plus nous la suivrons avec amour et fidélité,
Ô Coeur Sacré de Jésus !
Plus le démon s’acharne à détruire
la vie de prière et la pureté des âmes consacrées,
plus nous essaierons de garder pure la pureté,
chaste la chasteté, vierge la virginité.
Ô Coeur Sacré de Jésus !
Plus les mères détruisent
la présence et l’image de Dieu par l’avortement,
plus nous sauverons de ces enfants encore à naître
en les faisant adopter.
Ô Coeur Sacré de Jésus !
Ô Coeur Sacré,
donnez-nous une grâce qui soit si forte et si puissante,
qu’elle nous permette de devenir vos apôtres au coeur du monde,
et votre couronne dans l’éternité.
Amen !

Prière avant la communion

Divin Jésus,
quoique je ne Vous voie pas
des yeux du corps,
je crois que c’est Vous-même
qui allez Vous donner à moi
dans la Sainte Communion.
Hélas, je suis indigne d’une telle faveur
après Vous avoir tant de fois offensé.
Ô Bonté infinie,
j’ai un extrême regret de tous mes péchés et
je me propose de ne plus jamais Vous offenser.
Je Vous aime de tout mon coeur et
je veux Vous aimer toute ma vie.
Venez donc, mon Seigneur et mon Dieu,
venez dans mon coeur que je Vous donne.
Prenez-en possession, purifiez mon âme,
remplissez-la de vos grâces et
établissez-y Votre Règne pour toujours.

Prière après la communion

Il est donc vrai, Rédempteur des hommes
que Vous habitez en moi,
que je suis en possession de votre Corps,
de votre Sang, de votre âme, de votre Divinité.
Je vous adore ô mon Dieu
du plus profond de mon âme
et j’unis mes adorations
à celles que tous les anges et les saints
vous rendent dans le ciel.
Ô Dieu d’Amour,
oui je Vous aime de tout mon coeur,
de toute mon âme, de toutes mes forces.
Je vous remercie de la grande faveur
que vous m’avez faîtes de Vous donner à moi.
Je me donne à Vous sans réserve.
Agréez, divin Jésus cette offrande
que je vous fais de tout ce que je suis
et de tout ce que je possède.
Disposez de moi selon votre bon plaisir
et accordez-moi la grâce
de ne jamais Vous déplaire.

Prière au Christ

Ame du Christ, sanctifie-moi.
Corps du Christ, sauve-moi.
Sang du Christ, enivre-moi.
Eau du côté du Christ, lave-moi.
Passion du Christ, fortifie-moi.
O bon Jésus, exauce-moi.
Dans tes blessures, cache-moi.
Ne permets pas que je sois séparé de toi.
De l’ennemi défends-moi.
A ma mort, appelle-moi.
Ordonne-moi de venir à toi.
Pour qu’avec les saints je te loue.
Dans les siècles des siècles.
Amen.

Que Ton Esprit souffle en nos coeurs

Seigneur Jésus-Christ,
tu as osé te tenir debour
là où combien se soumettent en rampant.
Tu es demeuré fidèle au Père.
Dans chacun de tes gestes,
tu as vécu l’amour jusqu’au bout,
quel qu’en soit le prix.
Fils aimant du Père, sois-en béni.
Que ton Esprit souffle en nos coeurs
dans l’épreuve de nos déserts.
A l’heure cruciale des choix qui comptent,
que l’Esprit insuffle à tes disciples
le courage et la liberté,
la joie de l’intégrité,
le désir d’aimer.

Toi qui nous as aimés le premier

Toi qui nous as aimés le premier, ô Dieu,
hélas ! nous en parlons
comme si Tu nous avais aimés le premier
qu’une seule fois, à la manière historique,
alors que sans cesse,
bien des fois le long des jours et de la vie entière,
Tu nous aimes le premier.
Quand nous nous éveillons le matin
et que nous tournons notre âme vers Toi,
Tu es le premier, Tu nous as aimés le premier :
si je me lève à l’aube
et tourne à la même seconde vers Toi
mon âme et ma prière,
Tu me devances,
Tu m’as aimé le premier.
Quand je me retire de la distraction
et recueille mon âme pour penser à Toi,
Tu es le premier.
Et ainsi toujours,
et nous parlons en ingrats,
comme si Tu ne nous aimais ainsi
le premier qu’une seule fois.

Toi, le Ressuscité

Toi le Ressuscité
comme un pauvre
qui ne veut pas s’imposer,
Tu accompagnes chacun
sans forcer l’entrée de notre coeur.
Tu es là, Tu offres ta confiance,
Tu ne délaisses personne,
même quand les profondeurs
crient de solitude.
Pour t’accueillir
nous avons besoin de guérison.
Pour Te reconnaître, il importe
que nous prenions le risque de refaire
à tout moment le choix de Te suivre.
Sans ce choix,
à chaque fois radical, nous nous traînons.
Te choisir,c’est t’entendre nous dire :
’’Toi, m’aimes-tu plus que tout autre ?’’

Seigneur, tu es là

Seigneur, Tu es là,
même lorsque mon coeur est brisé,
tu me fais sourire ;
par ton Esprit, je reçois Ta consolation
Seigneur, Tu es là,
même lorsque mon âme est abattue
devant l’adversité qui se dresse devant moi,
par ton Esprit, je reçois Ta direction.
Seigneur, Tu es là,
même quand je me suis laissé entraîner
sur une mauvaise voie,
par ton Esprit Tu me redonnes une chance
et Tu me pardonnes...encore une fois.
Seigneur, Tu es là,
lorsque environné par les ennemis de mon âme,
ton Esprit m’installe en sécurité,
sur le roc de Ta Parole.
Quand j’ai besoin d’amour, Tu es là, Jésus,
quand j’ai besoin d’être relevé, Tu es là, Jésus
quand j’ai besoin d’être purifié, Tu es là, Jésus,
quand j’ai besoin d’affection, de bienveillance, Tu es là, Jésus,
quand j’ai besoin d’amitié, de communion, Tu es là, Jésus.
Merci de me le rappeler, merci de ne pas m’oublier, Jésus !

Vers Toi, je lèverai les yeux

Par tes saintes plaies
accorde-moi la guérison intérieure,
Seigneur Jésus.
Par les blessures de ta couronne d’épines,
purifie mon esprit, ma mémoire,
mes pensées et ma mentalité.
Par tes yeux brûlés par les larmes,
la sueur et le sang,
donne-moi de regarder le monde
comme toi tu le regardes.
Par ta bouche tuméfiée par les coups,
purifie mes lèvres.
Qu’elles annoncent la vérité
et confirment mes frères.
Par ton côté transpercé,
submerge le monde
des flots de ta miséricorde.
Par tes mains transpercées,
ouvre mes mains
pour qu’elles partager l’avoir et l’être.
Par les plaies de tes pieds,
guéris ce qui est paralysé en moi
et m’empêche de marcher à ta suite.
Oui,
’’que ton sang retombe sur nous et sur nos enfants’’,
car il est source de vie.
Amen.

Unis-nous, Seigneur Jésus

O Dieu, Père de notre Seigneur Jésus-Christ.
notre unique Sauveur, Prince de la paix,
fais-nous la grâce de prendre à coeur
le scandale de nos divisions.
Délivre-nous de toute haine, de tout préjugé
et de tout ce qui entrave notre union,
afin que,comme il y a un seul corps et un seul Esprit,
une seule espérance en notre vocation,
un seul Dieu et Père de tous,
de même nous ne soyons qu’un coeur et qu’une âme,
unis par les liens de la grâce et de la vérité,
de la foi et de l’amour,
en Jésus-Christ, notre Seigneur.
Par-dessus les frontières de langue, de race, de nations,
unis-nous, Seigneur Jésus.
Par-dessus nos ignorances, nos préjugés,
nos inimitiés instinctives,
unis-nous, Seigneur Jésus.
Par-dessus nos barrières intellectuelles et spirituelles,
unis-nous, Seigneur Jésus.
Amen

Seigneur tu m’as appelé

Seigneur tu m’as appelé,
et tu es venu à bout de ma surdité,
Tu as étincelé, et ta splendeur
a mis en fuite ma cécité,
Tu as répandu sur moi ta grâce, et je soupire après toi,
Et j’ai goûté, et j’ai faim et soif de toi,
Tu m’a touché, et je brûle du désir de ta paix

×