Nos positions

Notre clergé rejette comme illégitimes, nuls et non avenus les changements inaugurés par le « Concile Vatican II » et à la suite du concordat.  Il maintient ainsi l’enseignement doctrinal, l'organisation et la pratique sacramentelle de la sainte Eglise catholique antérieure au concordat.

Si vous désirez recevoir les Sacrements dans notre Eglise, il est important que vous sachiez qu’il est fondamental que vous ne participiez qu’à la Messe et aux offices tels qu’ils se déroulent selon les rites et les usages traditionnels. Il est impossible de pratiquer, comme le font certain, tantôt le « rite ordinaire », tantôt le « rite extraordinaire », et tantôt la Messe de toujours, telle qu’elle est célébrée ici, et dans toutes les chapelles fidèles à la Tradition intégrale.

Il faut savoir que nombreux sont ceux qui, tout en communiant aux messes du « rite extraordinaire » pensent satisfaire aux exigences de l’Eglise, notamment en ce qui concerne l’assistance hebdomadaire à la messe dominicale. Les offices célébrés d’une façon ou d’une autre en union avec (una cum) « François » doivent être considérés comme hérétiques, impurs et – s’ils sont encore valides, dans quelques rares cas – ils n’en demeurent pas moins non catholiques.

Si vous désirez assister régulièrement à la Messe traditionnelle, nous vous invitons à nous rejoindre, particulièrement le dimanche, et à discuter avec le clergé après la liturgie, en sorte d’éclaircir ces questions difficiles, délicates et fort troublantes. Nous nous ferons une joie de discuter avec vous, dans la mesure où un minimum de bonne foi et de sérieux vous animent.

 

L'intolérance


Les autres Églises où cultes sont déclarées hérétiques ou impies. La petite Église est ainsi dans une attitude d'intolérance.
La Petite Église catholique Romaine défend la vraie foi Catholique contre le protestantisme et condamne les oeuvres qui lui semblent préjudiciables.

Notre Église entretient de bonnes relations avec tous ceux désireux de pratiquer la vraie foi catholique. Mais elle n'entretient aucune relation avec les autres églises. Elle ne promulgue pas l’œcuménisme mais dialogue dans le but de convertir et ainsi ramener les âmes dans l'église du Christ.

 

L’ordination des hommes mariés


Elle admet, comme le veut la tradition primitive, l’ordination des hommes mariés, mais leur impose la chasteté nécessaire au saint exercice de leur ministère.Le Pape Pie IV avouait d’ailleurs au concile de Trente, qu'aucune loi divine ou apostolique ne défendait d'ordonner des hommes mariés -Faits toujours actuels aujourd’hui- puisque Saint Pierre était lui-même marié, ainsi que de nombreux prêtres, évêques et papes le furent par la suite. Quoi qu'il en soit, tout en conservant l'usage du Code de droit canonique de 1917, la petite église s’appuie d’abord sur les paroles du Pape Pie IV stipulant la non-obligation pour le séminariste d’être rigoureusement célibataire. En mettant en évidence l’interdiction faite par L’église catholique pour les prêtres, de se marier une fois consacrés, mais non pas d’être ordonnés prêtres, s’ils sont déjà préalablement mariés. Considérant de fait, qu’il n’y a aucune interdiction formelle de l’église catholique en ce sens, puisque les règles du célibat dans l’Église ne concernent que « les prêtres célibataires déjà ordonnés », et non pas ceux qui sont déjà mariés « avant » leur ordination.