Affirmations des vrais catholiques

Ce que les catholiques doivent tenir comme positions
pour la conservation de la Sainte Foi Catholique

 

  • L'intolérance
    Notre Eglise affirme détenir seule la vraie croyance, les autres Eglises ou cultes sont déclarées hérétiques ou impies. Notre Eglise pour défendre la   "vraie foi" contre le protestantisme et les fausses églises reste fidèle à la réforme tridentine.


L'Eglise doit être considérée comme censeur non seulement des croyances et pratiques religieuses, mais aussi de l'ensemble des activités intellectuelles. Les artistes, philosophes ou scientifiques dont les oeuvres lui semblent préjudiciables au dogme sont condamnés.

  • Refus des réformes
    Tous les catholiques fidèles doivent rejeter la secte Vatican 2 comme une église de contrefaçon, ce qui signifie que l’on doit rejeter complètement Vatican 2, la nouvelle messe et les antipapes qui les imposent. Il faut également rejeter les  « évêques » Novus Ordo manifestement hérétiques non-catholiques.

 

  • Avoir la vraie foi
    Tout baptisé doit absolument tenir la foi divine et catholique traditionnelle pour pouvoir être sauvé et ne pas périr éternellement en enfer, et tous sont tenus de s’instruire de la foi sous peine de péché d’ignorance coupable. Pour pouvoir être sauvé il faut : 1) Être baptisé (sacrement) ; 2) Tenir la vraie foi divine et catholique (être membre de l’Église) ; 3) Mourir en état de grâce (sans péché mortel sans pénitence).

 

  • Sédéprivatiste

Le nouvel épiscopat sorti du traité de 1801 est dans la même situation que l’épiscopat constitutionnel. C’est-à-dire que nous reconnaissons le caractère valide de l’ordination, mais estimons que leur pouvoir de juridiction est illicite. Cette position ne fut jamais remise en cause puisqu’elle se conforme aux décisions du pape Pie VI prises à l’encontre de l’épiscopat né de la Constitution civile du clergé. Si jamais ces hommes répudiaient le modernisme et revenaient au catholicisme, le processus complet serait accompli et ils parviendraient à la papauté dans sa plénitude.

  • Société catholique

    Le catholicisme doit être la religion de l'état. Avec la famille, la paroisse est le cadre de base de la vie religieuse mais aussi civile. La population doit être guidée de la naissance (avec le baptême) à la mort (avec l'extrême-onction), par les préceptes de l'Église catholique romaine. Le prêtre catholique est doit être un des rouages de la vie de la communauté villageoise ou de quartier. Il distribue les sacrements, mais il est aussi le conseiller dans les affaires privées et le directeur de conscience. Chaque corps de la société doit avoir son saint patron. La vie collective doit être rythmée par les fêtes religieuses catholiques.

 

×