Où recevoir les sacrements ?

 

Les directives et points qui vont suivre sont pertinents pour les prêtres qui opèrent en ‘pleine communion’ avec l’antipape François. Il est triste que les prêtres indépendants n’offrent pas beaucoup d’alternatives. Les groupes et prêtres indépendants qui reconnaissent l’antipape François (p. ex., les prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X (FSSPX) et d’autres groupes similaires) deviennent plus schismatiques que des schismatiques en résultat de leur adhésion obstinée et prolongée aux fausses positions. De plus, la majorité des prêtres sédévacantistes (qui prétendent rejeter l’antipape François ainsi que la Secte Vatican II) soutiennent que des âmes peuvent se sauver dans des fausses religions, et condamnent comme ‘péché mortel’ l’enseignement dogmatique de l’Eglise sur la nécessité du Baptême pour le salut. Ce sont d’atroces hérétiques contraignants* qui ne doivent être approchés pour aucun sacrement. Cette situation laisse un catholique avec presque aucune option pour recevoir la Communion.

Dans le monde, il reste très peu ou pas dutout d'Eglises où vous pouvez communier validement.
Vous devez soit rejoindre l'un de nos oratoires ou suivre les dispositions suivantes :

  • Il est bien sûr crucial que les gens s’assurent d’avoir été baptisé validement. S’il y a le moindre doute concernant la réception d’un baptême, (soit parce qu’il fut donné dans une secte protestante ou de façon douteuse dans le Novus Ordo, il faut faire un baptême conditionnel en suivant les étapes pour la conversion.

 

  • Avant d’aller en Confession ou de recevoir un sacrement, il faut que vous soyez au point de croire à tous les dogmes catholiques, de vous engager à ne plus jamais assister à la Nouvelle Messe, de rejeter la Secte Vatican II et ses antipapes, de croire sans exception à Hors de l’Eglise Pas de Salut, (qui implique de rejeter les hérésies du ‘baptême de désir’ et du salut pour l’ ‘ignorant invincible’ de la Foi catholique), de rejeter la contraception (même la Planification Familiale Naturelle), de ne soutenir aucun prêtre hérétique, etc.

 

Directives simplifiées pour recevoir les sacrements dans la présente situation
 

  • N’assistez jamais la Nouvelle Messe (c’est évident). Celle-ci est invalide et non-catholique. Il ne faut pas s’y rendre, sous peine de péché mortel.
     
  • Ne soutenez pas financièrement, de quelque manière que ce soit, un prêtre ou un groupe qui tient des positions erronées.
    Nous ne connaissons aucun prêtre, groupe ou communauté religieuse dans le monde (à part la Petite église) qui tient les positions correctes d’une façon publique, claire et non-compromettante.

     
  • Pour les messes du samedi ou du Dimanche, ne vous rendez dans aucune église (traditionnelle ou autre), puisque pratiquement tous les prêtres sont hérétiques et les hérétiques font précisément ces jours-là des sermons ou des discours. Les gens devraient rester chez eux le Dimanche et prier le Rosaire des 15 décades, sauf s'ils peuvent venir à un oratoire de notre Eglise.
     
  • Suivant la logique exposée jusqu’à présent: le samedi et le Dimanche, ne vous rendez à aucune messe de la FSSPX. N’allez à aucune ‘messe’ de la Fraternité Saint Pierre ou d’autres groupes similaires (on ne peut pas considérer ces groupes comme disposant de prêtre valides, car ils utilisent des ‘évêques’ qui furent consacrés dans le Nouveau Rite douteux de la Consécration). Ne vous rendez à aucune messe indult ou en latin offerte par le ‘diocèse’. Le samedi ou le Dimanche, ne vous rendez à aucune liturgie faite par des prêtres du Rite oriental, ni à aucune messe de prêtres de la CMRI ou d’autres prêtres ou groupuscules similaires tenant des hérésies sur le dogme du salut ; puisque ces hérétiques donnent fréquemment ces jours-là des sermons. Ils ne peuvent constituer aucune option de quoi que ce soit pour les sacrements. Il faut les éviter complètement.
     
  • Si un prêtre est hérétique, mais non contraignant – et ceci peut s’appliquer à un petit nombre de prêtres indépendants ou sédévacantistes - il est possible qu’il reste une option pour la Communion s’il est quelque peu proche de nos positions à l’encontre de la Contre-Eglise. Néanmoins, il ne faudrait pas recevoir la Communion de sa part le samedi ou le Dimanche, car il pourrait faire en ces jours un sermon ou un discours.
    S’il réunit le critère pour recevoir la Communion de sa part (et ce serait un cas rare), il faudrait le faire un jour différent de la semaine.
    S’il distribue uniquement la Communion le Dimanche, et que ce prêtre est votre seule option pour la Confession, alors vous pouvez y aller pour la confession si vous en avez besoin, mais sans prendre la Communion. Comme dit précédemment, un hérétique contraignant est un prêtre qui requiert qu’on adhère à ses fausses positions, ou qui tient que la vraie position sur le sujet est péché mortel ou hérésie. Dans le cas rare venant tout juste d’être décrit, dans lequel un prêtre pourrait réunir le critère d’option pour la Communion (seulement un jour où il ne fait pas de sermon), pour découvrir si c’est un hérétique contraignant, vous pouvez l’interpeller et lui faire part de nos positions et voir ses réactions. Ce genre de discussion est nécessaire si vous envisagez de trouver un prêtre pour la Communion (dans la situation rare venant d’être décrite).

 

  • Ne recevez pas la Communion (ou ne soyez pas présent à la Messe) auprès de n’importe quel prêtre qui accepte comme saint l’antipape Jean-Paul II (Jean-Paul II n’est pas du tout un saint). Ceci veut dire que presque tous les prêtres qui acceptent François comme pape ne doivent pas être approchés pour la Communion. Il est possible qu’il y ait de très rares exceptions à ce principe (p. ex., des prêtres indépendants non-contraignants qui rejettent la majorité de la Contre-Eglise ainsi que la ‘canonisation’ de Jean-Paul II, mais qui accepte de façon absurde l’antipape François) ; néanmoins, même dans ces cas-là, il ne faut pas recevoir la Communion de leur part dans leurs messes du samedi ou du Dimanche. De même, avec un prêtre indépendant du Rite oriental qui n’accepte pas le titre de saint donné à Jean-Paul II, pour être en mesure de l’approcher pour la Communion, il faudra aussi que ce prêtre rejette le faux-œcuménisme et croie que les schismatiques orientaux doivent se convertir à la Foi catholique. (Ce n’est pas essentiel qu’ils tiennent les bonnes positions sur le baptême d’eau et le dogme du salut, puisque beaucoup de prêtres avant le concile Vatican II étaient dans l’hérésie sur ce point. Mais il faudrait qu’il ne contraigne pas les vrais catholiques à tenir sa fausse position ou qu’il considère la vraie position comme hérétique ou péché mortel.)
    Il existe encore plus d’options pour la Confession, et il est crucial que les gens se trouvant dans la nécessité de confesser des péchés mortels, trouvent un prêtre valide vers qui ils pourront recevoir l’absolution. Les options pour la Confession incluent : un vieux prêtre du Novus Ordo ordonné avant 1968, qui dise : « Je t’absous de tes péchés, au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit » ; un prêtre ordonné dans le rite oriental ; un prêtre indépendant ‘traditionaliste’ non-contraignant ; etc.

 

  • Le Nouveau Rite d’Ordination est invalide. Il fut institué le 18 juin 1968 par la Secte Vatican II. Presque tous les diocésains (c.-à-d., des prêtres non-indépendants, non du rite oriental) ordonnés depuis cette époque, ont été ordonnés dans ce Nouveau Rite. Puisque les ‘prêtres’ ordonnés dans le Nouveau Rite d’Ordination sont invalides, le moindre péché mortel que l’on aurait confessé à de tels ‘prêtres’ doivent encore être confessés à un prêtre valide, dès que l’on s’est préparé pour la Confession.

 

  • Il n’y a aucune obligation d’assister à la Messe dominicale quand il n’y a aucune option catholique intègre dans votre région. De nos jours, ce principe s’applique car les prêtres sont presque tous hérétiques. Il faut s’efforcer de prier le Rosaire des 15 décades tous les jours.

 

  • Nous encourageons aussi les catholiques se trouvant vraisemblablement en état de grâce, de faire des communions spirituelles.

 

  • Bien que ces directives devraient répondre à la plupart des questions sur ce sujet, s’il vous reste certaines questions, vous pouvez nous contacter.

 

Considérations Théologiques
 

Pour parler simple : on trouve plusieurs options pour les confessions (bien qu’elles aussi deviennent difficiles à trouver), mais très peu d’options pour recevoir la Communion. Les gens devraient rester chez eux les Dimanches et prier les 15 décades du Rosaire sauf s'ils peuvent se déplacer jusqu'à un prêtre de notre Eglise. Si les gens tiennent et pratiquent la vraie Foi catholique sans compromis, s’ils s’efforcent de la répandre et accomplissent leur devoir d’état durant leur vie, etc., s’ils ont bien confessé tous leurs péchés graves commis durant leur vie après le baptême (s’il y en avait) auprès d’un prêtre validement ordonné, ils peuvent se sentir confiants d’être en état de grâce, même s’ils n’ont nulle part où aller pour recevoir la Communion.

La raison pour laquelle il y a une plus grande latitude à approcher un prêtre pour la confession que pour la communion est double :

1) faire une confession et recevoir l’absolution n’implique pas de se rendre à la messe ou à la liturgie d’un hérétique ; et 2) pour la plupart des gens (et bien sûr pour ceux qui pourraient avoir de graves péchés à confesser), il y a nécessité à recevoir l’absolution. De ce fait, un prêtre qui ne serait pas une option pour la Communion, pourrait toutefois en constituer une pour la Confession, s’il est validement ordonné, qu’il utilise la forme correcte, et ne vous impose pas les fausses positions qu’il tient.

Au fait, ce que les schismatiques radicaux et autres partisans de la position de ‘non-juridiction’ ne comprennent pas à propos de Dieu et de ce sujet, c’est que la question de savoir s’il est permis de recevoir les sacrements dans cette crise et apostasie sans précédents, n’est pas gouvernée par des décrets dogmatiques. Ce n’est pas une question dogmatique. C’est au contraire une question qui implique de prendre des décisions et de prononcer des jugements avec prudence à propos de la situation actuelle, et d’appliquer les principes catholiques à cette crise. De plus, lorsqu’on traite des sujets de lois ecclésiastiques et la solution à prendre face à la crise, le principe disant que la ‘nécessité rend licite ce qui est illicite’ (tant que l’on ne renie pas la Foi) est crucial à comprendre et à garder à l’esprit. C’est la raison pour laquelle des personnes pourraient recevoir des sacrements de la part de prêtres qu’ils n’approcheraient normalement pas s’ils avaient à leur disposition d’autres options. Néanmoins, à ce stade, la Secte Vatican II est tellement notoire, les prêtres indépendants sont tellement schismatiques, et la plupart des prêtres sédévacantistes sont si ouvertement hérétiques sur la question du Salut, que nous croyons que les directives ci-dessus (celles comportant moins d’options pour la Communion) sont correctes.

Rester chez soi le Dimanche ne devrait pas du tout diminuer le zèle ni entraver la pratique de la Foi d’une personne

Le fait que les gens devraient rester chez eux le Dimanche, ne devrait en aucun cas diminuer leur zèle pour pratiquer la Foi catholique. Ceci ne devrait pas diminuer l’enthousiasme des gens pour la prière, pour vivre chaque jour la vie de grâce, sauver leur âme et celle des autres, d’évangéliser, répandre la Foi, grandir dans leur relation avec Dieu, etc. Au contraire, reconnaître où nous trouvons dans l’histoire devrait stimuler les gens à poursuivre la perfection spirituelle avec plus d’agressivité, en plus de désirer pratiquer et répandre la vraie Foi afin que le plus d’âmes possible soient sauvées dans le peu de temps qui nous reste. Aussi, tandis que Dieu autorise que se répandent les ténèbres en ce monde, Il les contrecarre en rendant accessibles des grâces encore plus puissantes à ceux qui pratiquent et vivent la Foi sans compromis, et qui de nos jours prennent avantage du pouvoir supplémentaire conféré par le Rosaire, le Je vous salue Marie, etc.

Ceux qui pensent que la Foi catholique cesse de se pratiquer quand il n’y a plus d’endroits pour aller à la Messe ou pour recevoir les sacrements le Dimanche, ne sont pas catholiques ou possèdent une compréhension insuffisante de la Foi. La Foi catholique se vit au quotidien. En effet, la raison pour laquelle tant de gens suivent des groupes hérétiques jusqu’à leur perdition, c’est que leur ‘foi’ entière et leur ‘relation à Dieu’ est définie par le fait de se déplacer à la Messe le Dimanche. Ce ne sont que des ‘catholiques du Dimanche’, ce qui signifie que ce ne sont pas de vrais catholiques.

×